Vous êtes ici : Accueil Innovations médicales La radiologie interventionnelle

La radiologie interventionnelle

radiologie Interventionnelle
La radiologie interventionnelle comprend des procédures ayant pour objectifs le diagnostic ou le traitement d’une affection, réalisées par un médecin radiologue, sous contrôle d’un moyen d’imagerie (radiographie, échographie, scanner, IRM).

Les actes  interventionnels à visée diagnostique sont les cytoponctions et les biopsies dont le principe est de guider une aiguille par voie percutanée jusqu’à la lésion pour en prélever un fragment pour son analyse. La qualité des prélèvements est excellente et évite, dans la plupart des cas, le recours à une biopsie chirurgicale ouverte. Les organes les plus fréquemment intéressés sont le sein, la thyroïde, le foie et le poumon. Ces actes sont très bien supportés par les patients, ne nécessitent qu’une simple anesthésie locale et  peuvent être envisagés dans le cadre d’une prise en charge en ambulatoire (cabinet d’imagerie). En sénologie notamment, la radiologie interventionnelle est un maillon essentiel en permettant d’adapter la prise en charge, d’avoir un diagnostic immédiat devant une lésion infraclinique dépistée et d’orienter la stratégie thérapeutique si nécessaire.

Les actes  à visée thérapeutique

Les actes interventionnels à visée thérapeutique, techniques peu invasives, représentent 1/ 3 de la radiologie interventionnelle. Le champ d’application est vaste : douleur (infiltrations radioguidées des membres, du rachis), vasculaire (embolisation à visée hémostatique pour arrêter ou prévenir un saignement externe ou interne lors des hémorragies traumatiques ou post accouchements notamment) cancérologie curative de la tumeur (destruction percutanée des tumeurs par radiofréquence ou thermoablation), cancérologie curative adjuvante (embolisation portale pour rendre possible l’exérèse d’une tumeur du foie), cancérologie palliative en traitant des conduits rétrécis ou occlus par la tumeur (drainage biliaire, endoprothèse biliaire, gastrostomie …). Hormis les infiltrations radioguidées, ces actes interventionnels nécessitent une organisation spécifique : consultations radiologiques, équipements dédiés, collaboration avec les anesthésistes pour les actes réalisés au bloc opératoire, réunions communes de concertation médico-radio-chirurgicales.

Des gestes de précision, une efficacité et une sécurité optimale

Le guidage de toutes ces interventions par l’imagerie confère aux gestes une précision, une efficacité et une sécurité optimale. Le caractère mini-invasif de la radiologie interventionnelle (abord percutané, gestes réalisable en externe) est un point favorable dans la politique de santé public : soins de proximité facilement envisageable en toute sécurité, confort du patient, gestes générateurs d’économie (diminution de la durée d’hospitalisation).